Notre premier hackathon : bilan et idées pour la suite

Le réseau Open Food Network a organisé le premier hackathon auquel Open Food France a participé les 4 et 5 mai derniers. Cette première édition a été un succès et nous motive pour en organiser d’autres ! Petit bilan de notre expérience : les choses que nous ferions différemment, ce qui nous a passionné et nos idées pour la suite.

Rappel des faits

Les 4 et 5 mai derniers, des membres de l’équipe Open Food Network étaient réunis à Newspeak House pour l’organisation du premier hackathon dédié à la plateforme Open Food Network à Londres. Si vous ne connaissez pas le principe du hackathon, on vous l’explique brièvement dans cet article.

Le lieu

Panneau improvisé devant le lieu

Newspeak House est un concept store. Il s’agit d’un lieu non loin du centre de Londres où l’on peut à la fois s’installer pour boire un café et acheter des objets innovants confectionnés à l’aide de matériaux recyclés. Les personnes animant ce lieu ont décidé de dédier une partie de l’espace à des évènements. Ils ouvrent cet espace à d’autres projets évoluant dans le domaine de l’économie sociale, solidaire et circulaire. Cela permet à des projets comme le notre de bénéficier à titre gracieux d’un très bel espace. C’est ainsi que Newspeak House organise régulièrement des hackathons pour des projets variés.

Nous remercions chaleureusement toute leur équipe pour leur accueil et leur gentillesse. Si vous souhaitez organiser un évènement là-bas n’hésitez pas à les contacter !

La nourriture

Nous voulions offrir aux participants une expérience différente des hackathons classiques où se côtoient pizzas et bières. Pour cela Lynne (l’une des fondatrices d’Open Food Network UK) a organisé ce volet d’une main de maître, avec :

  • de la choucroute maison (juste le chou fermenté, sans viande)
  • des salades à base de légumes provenant de la coopérative Londonienne OrganicLea
  • des légumineuses d’Hodmedods
  • du Cantal et du St Nectaire de la fromagerie Belisson que l’équipe française a amené dans son sac à dos

Le buffet était ainsi complètement végétarien, avec des plats vegan et sans gluten (ces régimes avaient été demandés par certains participants). Des boissons étaient disponibles au café de Newspeak House avec la possibilité pour les participants de payer eux-mêmes ou de mettre leur boisson sur la note d’Open Food Network.

Et rassurez-vous, les bières étaient au rendez-vous en fin de journée (on était à Londres tout de même…).

Par ailleurs, chaque participant s’est vu remettre une bouteille de vin et autres petits cadeaux comestibles offerts par des producteurs locaux, afin de les remercier pour leur participation.

 

Le déroulé

Extrait du chat en ligne mis à disposition des participants

Les participants ont été accueilli dès 9h30 le samedi matin. Au programme de la matinée : présentation d’Open Food Network et des objectifs du week-end. Les participants ont ensuite été divisés en deux groupes : un groupe s’est consacré à l’installation du projet sur les ordinateurs et l’autre a suivi une démonstration des fonctionnalités du logiciel et une présentation des principaux profils d’utilisation. Puis les deux groupes ont été intervertis.

Une fois cette partie terminée, chaque participant pouvait piocher une tâche à réaliser dans une liste de tâches pré-sélectionnées. Nous avons gardé ce tri pour permettre à tout nouveau contributeur de sélectionner plus facilement une action à faire. Vous pouvez consulter cette liste en cliquant ici.

Dernier petit plus : la pièce disposait d’un gong ! En général utilisé pour imposer le silence lors des évènements, nous l’avons utilisé pour célébrer chaque nouvelle contribution au code source (ce qu’on appelle dans notre jargon une Pull Request).

 

Les résultats

  • Sur 40 inscrits au hackathon, 10 personnes ont réellement fait le déplacement et participé à l’évènement.
  • Sur ces 10 personnes, la majorité étaient des femmes.
  • Ce premier hackathon a permis l’ouverture d’environ 20 contributions au code source. La moitié d’entre elles a déjà passé toutes les étapes de notre processus de validation des contributions et est désormais disponible en production (pour toutes les plateformes passées à la version 2.1. Cette version sera mise à disposition sur le serveur français courant juillet).
  • Grâce à cet évènement, nous avons dépassé la barre des 100 contributeurs à notre code source sur la plateforme Github.
  • Au moins 2 participants continuent encore aujourd’hui à contribuer au projet, et nous espérons les intégrer de manière permanente à l’équipe !

Un grand merci à l’ensemble des participants !!

 

Ce que nous avons appris

 

Leçon 1 : Anticiper l’installation du projet

Comme nous l’indique ce superbe retour d’une des participantes, ce serait un plus de ne pas gérer l’installation du projet lors de l’évènement. Au contraire, il faudrait demander aux participants de préparer leur ordinateur en amont. Même si nous l’avions mentionné dans notre communication, nous n’avions pas particulièrement insisté là-dessus. Par ailleurs l’installation de notre projet peut être difficile sur certains systèmes. Aussi nous avons mis à disposition un Vagrant. Un Docker est également en cours de construction. Sans ces outils, il est peu probable que nous arrivions à supprimer totalement cette phase d’installation pour un évènement similaire.

Leçon 2 : Mieux gérer les inscriptions

Photo de clôture le dimanche soir : de gauche à droite Janine (participante) Cathy (testeur), Rachel (OFN France), Lynne (OFN UK), Pau (OFN ES), Matt (OFN UK) et Masha (participante).

On dit souvent que lors d’un évènement il faut compter 50% de personnes inscrites qui finalement décident de ne pas venir. Dans notre cas, le soleil (oui apparemment il peut faire beau à Londres) et un week-end londonien de 3 jours ont motivé seulement 1/4 des inscrits. Ceci dit, ce petit nombre nous a permis d’accompagner les personnes encore débutantes en développement et apprendre à connaître chacun d’entre eux. Avec le recul, ce n’était pas une mauvaise chose 🙂

De plus, il y a une bonne raison pour laquelle la plupart des hackathons fournissent des pizzas lors des repas : la pizza peut être commandée en dernière minute pour le nombre précis de participants. Dans notre cas nous avions assez de nourriture pour nourrir 30 personnes pendant 2 jours… Mais ne vous inquiétez pas rien n’a été gaspillé. Le deuxième jour les participants ont pu apporter chez eux des tupperware bien garnis !

Leçon 3 : un hackathon, ça s’anime !

Le gong était un vrai plus. Les participants se levaient pour sonner le gong à chacune de leur contribution, ce qui rythmait la journée tout en proposant une activité amusante. En amont de l’évènement nous avions réfléchi à des noms d’équipes sur la base de jeux de mots sur le 4 Mai (May the Fourth en anglais) qui résonne avec le “May the force…” de Star Wars “Que la Force…“. Mais nous ne les avons finalement pas utilisés.

 

Nos idées pour la suite

Des erreurs on en fait tous. En prenant un peu de hauteur, nous avons conclu qu’un hackathon était un évènement qu’il fallait se donner de la peine d’organiser. Nous sommes sortis grandis de cette expérience et nous avons rencontré des gens fabuleux.

Une certitude : nous allons essayer d’organiser notre prochain hackathon dans le cadre du Hacktoberfest, un festival de code organisé chaque année durant le mois d’octobre. À Paris, Londres, Barcelone ou les trois en même temps ? Cela reste à décider 🙂

Vous souhaitez participer à la prochaine édition ou nous aider à l’organiser ? N’hésitez pas à nous contacter !

Par ailleurs, vous pouvez consulter le retour de Lynne (ainsi que des citations des participants) en anglais à cette adresse. Et Pau a préparé un article en Espagnol que vous pouvez consulter ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *